La conscience planétaire
Accueil du site > Genèse d’un jardin sans jardinier > Rencontres de hazard > Portraits de sauvages > Grande Cigüe

Grande Cigüe

plante herbacée bisannuelle

24 juin 2009, par By JIM


JPG - 150.6 ko
Grande Cigüe : bourgeons...
JPG - 151.4 ko
Grande Cigüe : feuilles...

Cette plante imposante envahit de préférence les berges des cours d’eau, les friches humides mais également les fossés qui longent les routes récemment aménagées. Est-ce un nouveau coup des « signatures » : les bords de routes sont empoisonnés par la pollution et la plante est elle-même un violent poison dont Socrate a semble-t-il fait les frais. Heureusement, on l’identifie assez facilement grâce à sa tige lisse et cannelée couverte de taches rouges-brunes. D’autre part, lorsqu’on l’écrase entre ses doigts, il s’en dégage une odeur répugnante. Celle que j’ai trouvé se cachait au pied d’un gros buisson ornemental. Non loin de là courrait un tuyau d’arrosage qui fuyait, répandant parfois des litres d’eau jusqu’au pied du buisson. Ceci confirme assez bien sa prédilection pour les lieux humides...

JPG - 127.2 ko
Grande Cigüe : tige...

Classé au tableau A comme poison violent, la grande Cigüe n’en recèle pas moins des propriétés médicinales remarquables. Elle est notamment analgésique et myorelaxante. Mais la plante est tellement dangereuse qu’elle n’est plus employée pour un usage médical. Ses parties utilisées sont les semences et les feuilles.
Mes indications préférées en usage interne sont :

  • raideurs musculaires
  • érections douloureuses de la blennorragie ; )

Synonymes : faux persil, persil bâtard, Mort-aux-Oies...

Le grande Cigüe sur Wikipédia...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette