L'équipe d'animation




Crée le 18 mai 2002

Mirobir
cueilleur/traducteur
sa dernière traduction : Agnès Inglis : bibliothécaire anarchiste

son dernier article : Passage à la foire du livre anarchiste de Gand

Cercamon
cueilleur/traducteur
/collaborateur, sa dernière traduction : Devenir un anarchiste personnel

Didier
cueilleur/traducteur, sa dernière traduction : "Hakim Bey", "anarchiste" postmoderne

Provisoire
traductrice, sa dernière traduction : Critique de l'auditeur

Ptitetsu
dessinatrice, son dernier dessin : libre ? Ce serait l'anarchie !

Libertad
cueilleur/webmasteur
sa dernière traduction : Vénézuéla : les VIe Journées Anarcopunks de Caracas


Pour participer à l'équipe :
Contact

Rubriques

Tout savoir sur l'En Dehors
Un bon moyen de soutenir l'En Dehors, commander nos brochures :

Les brochures de L'En Dehors

D'où venons-nous ?

Qui sommes-nous ?

Nos références

Chat de l'En Dehors

Contact


Contre l'intox !
Pour suivre les luttes lycéennes, deux forums :
Comités d'Action Lycéens / Lycéens En Action

Mouvement lycéen Lyonnais








Pour écouter Radio libertaire en direct, cliquez ici
Forum "les meutes noires"animé par ibubolo : ici








Ephéméride anarchiste

Recherche

Archive : tous les articles

Archives par mois
Avril 2005 : 62 articles
Mars 2005 : 223 articles
Février 2005 : 192 articles
Janvier 2005 : 201 articles
Décembre 2004 : 215 articles
Novembre 2004 : 218 articles
Octobre 2004 : 241 articles
Septembre 2004 : 215 articles
Août 2004 : 177 articles
Juillet 2004 : 205 articles
Juin 2004 : 245 articles
Mai 2004 : 213 articles

L'En Dehors
Quotidien Anarchiste en ligne


Du concret maintenant !
CHOISIR LA RÉSISTANCE: Pour continuer à nous battre, faisons le choix de la tactique rusée : le repli stratégique, d´où nous lancerons plus efficacement nos attaques.



PRENONS LE MAQUIS !

Soyons lucides face aux forces en présence:nous autres, révolutionnaires, nous
ne gagnerons jamais militairement ces anées-ci. Il est plus raisonnable de
prendre le maquis, de partir nous cacher pour continuer la RÉSISTANCE .
Le pire serait de prendre argument de la PUISSANCE colossale du lobby
industrialiste et occidentalo-centré,

(lobby qui a convaincu hélas la totalité des élites dirigeantes des pays vaincus
par la colonisation, et désormais soumis culturellement, idéologiquement et
économiquement à l´idéal non durable, utopique et impossible au vu des limites
biologiques et physiques de notre petite et fragile planète, cet idéal de la
minorité occidentale de ce monde qui ne se sait pas encore agonisant malgré son
état de déliquescence avancée...)

pour se replier dans une paresseuse inaction.
Au contraire, c´est parce que l´horizon semble noir et bouché qu´il faut
persévérer dans la RÉSISTANCE.
Nous devons seulement changer de tactique : abandonner le combat frontal,
direct, et choisir les chemins de traverses, les commandos invisibles, la
tactique astucieuse du repli stratégique au moyen de la multiplication des
poches discrètes de Résistance. Nos communautés de déserteurs, de renégats, de
rebelles indomptables doivent s´insérer dans les moindres espaces laissés encore
vacant par l´affairisme capitaliste ou socialiste. Ces communautés farouchement
auto-subsistantes doivent jeter les bases des futures et foisonnantes
micro-sociétés sécessionnistes, capables de se moquer de l´inéluctable
effondrement du monstre industriel mondialisé, colosse aux pieds d´argile.

Nous en sommes aujourd´hui (nov. 2004) à la constitution de groupes de
RÉSISTANTS, de groupes de complices pour comploter nos projets d´évasion hors de
cette société absurde, dans le but de créer des communautés. Un exemple de ce
qui se fait et se pense maintenant, entre autre, du côté de la France et de
l´Allemagne, est donné ci-dessous.


Nous n´avons plus de temps à perdre, il faut nous rencontrer , nous voir,
multiplier de suite les correspondances mails, lettres, téléphones, entre nous
pour devenir de plus en plus solidaires et réussir collectivement à
révolutionner notre mode de vie...

Impossible de s´en sortir seul... et inutile, car on ne peut être heureux en
sachant que le voisin ne l´est pas... Donc il faut créer les lieux favorables à
la vie en groupe, et penser déjà que nos enfants, en grandissant, auront vite
besoin de jouer avec d´autres de leur âge, ce qui suppose que les adultes
eux-mêmes vivent en groupe, en quelque sorte en tribu . Pas question de confier
nos enfants à l´ennemi, à l´Education Nationale, ou à toute autre institution
fréquentée par les enfants des familles encore vautrées dans la vie urbaine, la
vie de veau obéissant, vie qui engendre des drogués de télé, et autres habitudes
de la Société de Consommation...Nous devons déserter en groupe : plus on est de
fous plus on s´amuse !

Et plus nos enfants seront nombreux, dans nos micro-sociétés de vie libérée,
plus ce sera aussi amusant pour nos enfants. Fini ces expériences cul-de- sac
des hippies qui, faute de s´être installés en groupes suffisamment nombreux à la
campagne, ont presque tous fini par céder aux sirènes du Système, et au prétexte
des enfants et de leurs "besoins", ces hippies sont rentrés dans le rang, ils se
sont rapproché de "Babylone" avec comme excuse les besoins sociaux de leurs
enfants, voilà comment ces gosses se sont retrouvés à l´école, tout bêtement, y
apprenant le contraire des idées des parents. Evitons ce choc culturel à nos
enfants en construisant de suite ces sociétés alternatives où nous maîtriserons
aussi tout l´aspect éducation...

Vite ! le bateau coule, et tous les gouvernements du monde se raidissent autour
des soit disants impératifs économiques, en faisant donner de plus en plus
férocement leur police... Organisons-nous pendant qu´il reste encore quelques
plages de liberté... demain, il sera trop tard, baisse de tous les avantages
sociaux, mise au travail obligatoire de tous les chômeurs, fin des allocations
de type R.M.I., ambiance de plus en plus pesante, fliquée, polluée, moyens
accrus de droguage des foules par la publicité, crétinisation généralisée des
citoyens, comme on le voit déjà aux Etats-Unis .

Voilà pourquoi c´est maintenant qu´il faut agir :

Concrêtement, ces 25 à 28 novembre, quelques membres francais et allemands liés
au projet de création de villages écologiques vraiment indépendants et autonomes
économiquement et culturellemenvont vont se voir pour visiter des communautés
écolos du Wendland, en Allemagne, cette région rebelle au sud de Hambourg, en
rive sud de l´Elbe, ce fameux Wendland qui ressemble un peu au Larzac pour ce
qui est de la détermination des paysans. Ici, ils luttent contre une
installation nucléaire : Gorleben.

But : visiter les communautés écolos de ce coin, et y discuter de la
radicalisation de la démarche vers un mode de vie encore plus autarcique,
auto-suffisant, par le biais non du classique RETOUR À LA TERRE, mais en ce cas,
du carrément RETOUR À LA FORÊT, par un retour à la vie sauvage de nos très
lointains ancêtres, du fait de notre conviction, renforcée depuis la réélection
de G. W. Bush, qu´on va à la catastrophe, que le Titanic orgueilleux coule, et
que pendant que tous les riches continuent à danser dans les salons de luxe de
ce merveilleux bateau, alors que l´alerte a déjà été donnée, quelques personnes
plus lucides et conscientes, dont je suis, et malgré les reproches de la plupart
des autres :

<< Vous exagérez, et puis la science trouve toujours des solutions, de toute
facon, on n´arrête pas le progrès, alors cessez de nous faire peur avec votre
alarmisme, et venez danser avec nous ! >>

... quelques personnes de ce navire en perdition se préparent pour survivre au
naufrage qui se profile à l´horizon : notre riposte à la gravité de la situation
doit être à la hauteur de l´ampleur de la catastrophe qui s´annonce...

Mais je fais partie des optimistes, je sais qu´il n´y aura que quelques
milliards de morts, donc sur 6 ou 7 milliards d´humains, il y aura des
survivants, car si j´ai l´intuition salutaire de l´urgence de fuire, de préparer
les canots de sauvetages, avant de les mettre à la mer, et de contacter les
autres qui comme moi ont la claire vision de la nécessité de fuire avant le
naufrage,

cela signifie que d´autres sur cette Terre,
-- car on est tous influencé par les mêmes nouvelles qui circulent dans les
réseaux écolos, ces réseaux de personnes qui ouvrent les yeux pour échapper à la
crétinisation générale organisée par le lobby industrialiste--

(= obliger par les subtiles moyens terrifiants de la publicité tous les gens à
être seulement des robots- con-/-sommateurs, donc des gens sommés d´être con, y
compris pour les plus frileux, qui risquerait, ô suprême horreur ! de moins
consommer, en leur faisant avaler la pseudo- évidence de la consommation en
utilisant, quelle hypocrisie ! l´argument du COMMERCE ÉQUITABLE, une facon de
faire croire que l´on peut être encore moral, attaché à l´éthique, tout en
consommant... ( ! ) Le piège est dans l´expression que je viens d´utiliser : <<
tout en... >> ! Par exemple : Créer un Parc National chez les Indiens TOUT EN
respectant leur mode de vie...ou encore : Protéger la nature TOUT EN favorisant
le développement économique... là dans ce cas, pour faire avaler plus facilement
la pilule, on aura l´astuce immonde de décorer le mot DEVELOPPEMENT avec un
adjectif au look sympa : DURABLE, un piège bien décortiqué par un économiste
comme Serge Latouche, et de nombreux articles de la revue SILENCE, ou de la
revue LA DÉCROISSANCE; LE JOURNAL DE LA JOIE DE VIVRE, une belle idée de
Casseurs de Pub !)

cela signifie, disais-je, que plein d´autres personnes dans le monde échappent
au moins mentalement au bourrage de crâne généralisé, que ces idées de sécession
radicale , de désertion pour fuire in extrémis (In Extrémis = nom de la revue
des amis situationistes de René Riesel planqués, eux, en Lozère) sont dans
l´air, et que donc de partout, influencés par les mêmes idées de renégats, de
rebelles, des personnes qui ne se connaissent pas croient chacune dans leur coin
être les seules à comprendre à quel point il est urgent de fuire, pour vivre
vite la vraie vie, donc pas seulement fuire dans le seul but pratique de ne pas
crever avec tous ces imbéciles qui préfèrent rester au chaud au fond du
Titanic... Voilà pourquoi je suis optimiste : en réalité on est très nombreux,
on est seulement encore isolé, inorganisé, non fédéré, et d´une certaine facon,
c´est mieux, l´ennemi ne peut nous décapiter, car précisément, il n´y a pas de
tête, cela fuse de partout, incontrôlable, viscéral, instinctif... De partout,
des jeunes,

au moment où les adultes leur enjoignent l´ordre de rentrer dans le Système,
d´être sérieux, pour se "former" de facon réaliste (réaliste ? mais de quelle
réalité parlent-ils, ces aveugles ! ) et suivre sagement une filière qui promet
des débouchés...

sentent à la fois par l´instinct,

--instinct de ceux et celles qui sont les plus sensibles, les plus à l´écoute de
leur for intérieur, et par chance, accident de la vie, un choc qui ouvre soudain
les yeux sur la cruauté du monde, comprennent qu´il ne faut pas faire le mouton,
et vivre connement comme tous ses petits camarades, bercés de distractions
imbéciles et autres divertissements infantilisants...--

et par l´intellect,

-- grâce à des lectures ou des rencontres, ou les deux, toutes choses qui aident
au dévoilement de l´atroce réalité : cette planète va à la catastrophe, et le
germe de l´erreur qui mène à la destruction écologique de la planète, à la
surpopulation humaine, parallèle à la dépopulation des espèces animales
sauvages, et au mal-être généralisé de tous les humains tragiquement ethnocidés
par la redoutable et perfide occidentalisation, les plus ethnocidés, depuis des
milliers d´années, étant les Européens, un avantage, peut-être : cela accélère
la prise de conscience, lorsqu´on est au fond du trou, au bord de
l´anéantissement ! --

qu´il faut prendre le taureau par les cornes, se secouer, devenir OBJECTEUR DE
CROISSANCE, et surtout, une fois avoir pris conscience viscéralement et
intellectuellement de la gravité des problèmes et de l´urgence d´inverser la
vapeur pour aller avec ses ami(e)s vers un mode de vie vraiment agréable, joyeux
et épanouissant, pour nous et nos enfants...

Voilà pourquoi je suis optimiste : les temps sont mûrs pour qu´on se rencontre,
que des petits groupes (surtout non coordonnés, mais foisonnants, multiples,
désordonnés, insaisissables, instinctivement orientés vers le même but ! ) se
constituent, et soient déterminés à préparer avec calme et détermination leur
évasion définitive:

pour ne donner aucune chance à l´ennemi de nous reprendre !

Place maintenant aux astuces pour préparer notre évasion, travail de sape
méthodique et persévérant, courage des privations pendant quelques temps encore
: il faut encore patienter, savoir être humble, on ne devient pas un être libéré
, dans une micro-société révolutionnaire, du jour au lendemain, il faut avoir
l´humilité patiente d´envisager encore quelques compromis, quelques usages
encore d´objets ou moyens fabriqués par l´ennemi, dans d´épouvantables usines
polluantes, avec dedans, un travail inhumain, comme tout ce qui se fabrique non
artisanalement, de toute façon ! Oui, il faudra passer par là, encore quelques
temps utiliser leurs objets, mais c´est pour la bonne cause, astuce
machiavélique, peut-être, mais phase provisoire pour réussir notre
réensauvagement, notre évasion, notre fuite définitive hors de la vie moderne et
urbaine, cette vie à l´intérieur du Titanic où ils vont tous crever...
Mais nous,

--pendant qu´ils dansent dans les salons du Titanic, ou pendant que les
manipulés par les syndicats réformistes manifestent pour avoir eux aussi une
part du gâteau

(qu´ils ne voient pas comme un gâteau empoisonné, ce gâteau de la pseudo
opulence de la vie des riches, vie stupide, qui ne rend même pas heureux, combat
cul-de-sac des syndicats de gauche, accro au mythe du Progrès depuis 1789 et
Karl Marx ! lamentable conservatisme des gens qui se croient révolutionnaires,
car ils ne font que conserver les bases monothéistes pluri-millénaires de
l´orgueil ethno-centrique occidental, celui-là -même qui conduit tous les
soit-disants gentils humanitaires à continuer à se comporter en colons
occidentalisateurs, partout où ils prétendent intervenir charitablement pour
faire le bien, selon eux -- lire l´essai de Bernard HOURS sur ce piège de
l´Humanitaire ! )--

... nous, pendant que les autres perdent leur temps, on creuse méthodiquement le
tunnel pour sortir de la prison occidentale, et retrouver le mode de vie de nos
ancêtres d´avant la folle dérive vers le mythe du bonheur par la Puissance et la
Richesse, Puissance et Richesse qui passent par l´enrégimentement des micro
sociétés communautaires, conviviales, chaleureuses et égalitaires: pas de chefs
à pouvoir coercitif, comme l´expliquait l´ethnologue Pierre CLASTRES ( mort trop
tôt le 31 juillet 1977, jour où les flics tuaient Vital MICHALON devant la
centrale nucléaire de Creys-Malville !) enrégimentement dans d´inhumaines méga
structures sociales hiérarchisées : ce qui deviendra l´Etat, l´Empire, et autres
délires mégalomanes de malades mentaux, car ces délires de puissances sont le
signe d´un profond malaise psychique, seuls les névrosés veulent fuire leur
mal-être insondable en faisant les chefs, plaissir pervers et cruel... lié au
désarroi des ethnocidés, arrachés à leur quiétude multi millénaire de vie
tribale discrète et conviviale, lors de ces 100 000 années au moins d´existence
de notre espèce Homo Sapiens sapiens, 100 000 années de peaufinage extrémement
intelligent d´un mode de vie qui donne le bonheur...Marshall SAHLINS et Jacques
LIZOT ont démontré que dans ces sociétés qui échappent encore de nos jours à la
colonisation-mac-donaldisation du monde, on ne travaille pas, on s´amuse, et les
activités quotidiennes nécessaires à ce qu´il faut biologiquement pour vivre
sont vite expédiées : deux à quatre heures par jour suffisent, et ces activitées
sont ressenties comme agréables, passionnantes ! Pour moi, ces sociétés avaient
déjà inventées il y a des milliers d´années le meilleur de la technique, le
meilleur progrès : on n´a jamais fait mieux depuis, on ne pourra qu´améliorer
des points de détails, et les nouvelles sociétés tribales que les anciens
occidentaux vont créer désormais, seront des sociétés novatrices surtout au
niveau des coutumes quotidiennes, découlant de nos expériences et savoirs acquis
en matière de développement de la vie psychologiquement saine et épanouissante,
au niveau des rapports hommes / femmes, par exemple . Loin de nous l´idée de
reproduire avec une fidélité d´archéologue le mode de vie tribal, on ne fera que
s´en inspirer, pour ce qu´on y ressent de meilleur, tout sera revisité avec
notre sens critique, et les trouvailles en matières comportementales, estimées
émancipatrices, libératrices, au seul profit du sentiment de bonheur et de
plénitude, seront testées , évaluées puis adoptées et enseignées à notre
descendance...

On sait que la perversité de malades mentaux qui charpente la destinée des chefs
ne peut s´exprimer que face au terreau favorisant qu´est la présence d´une
population ethnocidée, donc mentalement fragilisée, perdue, prête à se jeter
dans les pattes du premier mégalo beau parleur venu, du fait de la disparition
des chamanes, souvent les premières victimes des attaquants à la solde du fou
mégalomane... Comme disait le génial jeune Etienne de la Boétie, sans servitude
volontaire, pas de chefs, c´est l´imbécile soumission des gens qui donnent à
certains malades mentaux l´opportunité de vivre leur sadisme dominateur...

C´est pourquoi dans notre complot actuel pour se rencontrer entre complices
déterminés à réussir notre évasion maintenant, pendant qu´il en est encore
temps, il est fondamental de lutter contre l´émergence de chefs parmi
nous...tous, toutes, garcons et filles, tous égaux, toutes égales, personne ne
commande, toutes les décisions sont prises par toutes et tous, à l´unanimité, en
réutilisant la vieille technique tribale de la démocratie directe des palabres :
on discute en respectant le temps de parole de toutes,

--(ici j´innaugure grammaticalement le féminin qui l´emporte sur le masculin !,
car historiquement, le mal, le truc des chefs, c´est plutôt un truc de mecs et
il n´y a que ce Moyen- Orient débile d´il y a 3000 ou 4000 ans pour avoir
inventé que le mal vient de la femme, le péché originel de la femme à la pomme !
... Pire, après, ces comiques du Moyen-Orient ont inventé le truc du corps
diabolique de la femme, qu´il faut voiler, philosophie stupide,
psycho-pathologique, dirait Wilhem REICH, philosophie ou religion
(vision/explication totalisante du monde) qui diabolise la sexualité, et je ne
sais encore pourquoi, enseigne parallèlement le mépris de la nature, une
caractéristique du monothéisme, véritable poison aux origines de l´Occidentalité
= j´en déduis que c´est un acte révolutionnaire suprême que de vivre à poil, et
que la révolution passe par le désapage généralisé des femmes comme des hommes,
dès que le climat le permet : à bas le voile catholique ! cessons d´emmerder les
musulmans, nous aussi , on pratique l´habillement pudique, et on y est tellement
habitué, 2000 années de présence de connards de missionnaires, en Europe, cela
marque ! que l´on ne voit même pas que nos femmes sont voilées elles aussi, on
les oblige à cacher leur torse, au prétexte de la présence de mammelles !)--

on parle chacune à notre tour, on laisse un temps de silence entre chaque
prise de parole, on fait tourner la parole dans le cercle à échelle humaine, en
convenant d´une harmonie cosmique, par exemple dans le sens de la course visible
du soleil, personne ne coupe la parole à qui que ce soit... Les habituées à la
vie tribale auront reconnu le principe pratique du Baton de Parole, pour
faciliter ce respect des autres...

Jamais d´élections, car cela engendre des perdantes frustrées : nous éviterons
ces procédés peu démocratiques qui créent des minorités décues : on discute le
temps qu´il faut, jusqu´à ce que ce soit l´unanimité et l´embrassade
généralisée, l´émotion de se sentir membre de la tribu, complètement en harmonie
avec ce qui vient d´être décidé en commun...

Bon, mais évidemment, comme ya pas de chefs, de cela aussi, il faut
discuter...en faisant tourner égalitairement la parole . tant pis si cela prends
plus de temps !

Alors il faudra qu´on se voit physiquement, et ne pas se contenter de lettres,
coups de téléphones et mails, même si cela aide au début, et permet de voir
qu´on est finalement très nombreux, certainement 600 dès aujourd´hui, en France,
prêts à tout plaquer pour creuser le souterrain secret (chut ! ) et nous évader
définitivement...

600, cela ne fait guère qu´une personne sur 100 000 en France , autrement dit,
les 99 999 autres ne sont pas encore motivées pour se donner les moyens
concrets de la belle vie, moyens qui en même temps nous donneront le maximum de
chances de survivre aux temps apocalyptiques qui s´annoncent... Mais le plus dur
est de commencer : dès que des écolos encore timides entendront parler de nos
projets, et des premiers villages de sauvageons, plein de joyeuses luronnes ,
gais lurons et bambins espiègles, c´est sûr, le mouvement salutaire
s´enclanchera, cela fera tache d´huile, boule de neige, et nous consacrerons une
bonne partie de nos énegies à accueillir les nouvelles ve--nues, et nouveaux
ve--nus, au fin fond des derniers coins libres de cette planète, où il est
encore possible de "cimarronner"
(= fuire, notamment l´esclavage, retourner à l´état sauvage, mot espagnol des
Antilles, donnera le francais : marronner, et Noirs-Marrons)
joyeusement, facilement, au coeur d´une nature intacte, à des centaines de
kilomètres des villes et des routes, et au milieu de tout ce qu´il faut pour
vivre : nature riche, giboyeuse, poissonneuse, immensités vierges disponibles
pour un discret jardinage nomade, selon les astuces millénaires de la
permaculture, connue en Amazonie aborigène depuis 7 ou 8 000 ans, comme en
Papouasie, et pleins d´autres endroits sur Terre, où les techniques agricoles
ont su rester en harmonie avec un mode de vie agréable, sans hiérarchie et sans
travail.

(tripalium = torture, tourment, alors que le mot CHOMAGE, lui, vient du grec =
faire la sieste aux heures chaudes du milieu de la journée , donc ... vive le
chômage ! : au moins, quand on cesse de besogner dans le Système, on détruit
moins la planète, vu que toutes les activités salariées sont liées plus ou moins
à des activités complices de la destruction de la biosphère, une des
caractéristiques de la civilisation ...)

Or comme civilisation signifie : qui procède de la ville, à bas toutes les
civilisations, et vives la remultiplication à la surface de la Terre des
SYLVILISATIONS = qui procède de la forêt, de la vie sauvage, c´est à dire
non-domestique. Avant, il y avait 20 000 langues parlées sur Terre, donc 20 000
peuples, et en 1980, plus que 7000 peuples ou langues, 5000 maintenant : cette
baisse de la diversité des langues est le signe des ravages de l´ethnocide,
l´ethno-diversité est en danger comme la biodiversité, ce que presque tout le
monde oublie !

Vive la vie libre, naturelle, nous ne sommes pas des animaux domestiques, nous
ne voulons plus vivre parqués, en ville (civis, polis) ...A bas le lissage de la
vie policée, soyons impolis, impertinents, effrontés, indisciplinés, hilares et
ricaneurs, fiers de notre caractère indomptable, le caractère des sylvilisés !

Pour le Projet << Bonheur et Vie Sauvage en Forêt Amazonienne,
B.V.S.F.A.>>=merci de nous donner vite votre avis et vos critiques sur tout
celà, et de nous dire où vous en êtes de vos préparatifs pour réussir l´évasion,
en ne donnant aucune chance à l´ennemi de nous reprendre et de nous réincarcérer
dans cette société-prison !
Takpilem et F.C. tsallantin@hotmail.com et
soleildugrandest@hotmail.com

Mis en ligne par libertad, le Mercredi 24 Novembre 2004, 00:21 dans la rubrique "Ecologie".


Commentaires :

  vega
04-12-04
à 10:48

B.V.S.F.A.

Salut

Je suis d'accord pour se rencontrer en Europe. Plancher sur la Derniere Communaute Humaine en Amazonie est stimulante puisque que L'OCCIDENTALISME N'EST PAS REPRODUCTIBLE (FIN DU PETROLE ET DES RESSOURSES MINIERES: www.wolfatthedoor.org).Il faudra du personnel médical et réquisitionner des bateau a voiles pour faire le trajet Europe Amer. du Sud. VEGA

  takpi
takpi
10-12-04
à 11:12

Re: B.V.S.F.A.

on se voit pour préparer l´évasion ce week end des 18 19 décembre, certainement à Paris car cela arrange pas mal de gens du Nord, mais ya peut-être aussi une idée de barraque qu´on nous préterait dans le Cantal= faut envoyer un message à une copine de Lyon pour savoir ce qui sera finalement décidé = soleildugrandest@hotmail.com
puis pour celles et ceux que n´attend pas un travail salarié obligatoire le lundi, on continue en allant de l´autre côté (allemand) de Strasbourg, où des amis seront déjà en camping en forêt noire dès le 18... Là on aura tout le temps de discuter, on pourra rester 10 ou 15 jours.takpi.